Astro et Team Fontt, vers un premier sacre brésilien ?
#Pro League

Il a connu le premier Six Invitational avec Santos Dexterity, possède l'un des niveaux de jeu les plus élevés en terme de Skill et d'AIM, et tentera de remporte...

Willkey and ENCE, to lift the spell
#Pro League

He is the In-game Leader of ENCE, a team with many faces. Always qualified for the Pro League LAN since its first edition  but unable to win a single game  in 5...

Julio et Black Dragons pour donner son premier titre au Brésil
#Pro League

Il est passé par BRK et joue désormais pour un autre grand de LATAM, est considéré comme le meilleur support de sa scène et représentera le Brésil avec son équi...

Easilyy and 1nFamy, to extend a dream season
#Pro League

After avoiding to return to Challenger League throughout the last season's relegations, 1nFamy, lead by Easilyy, made it to the Pro League finals thanks to a ve...

Fabian and Penta, Road to legend
#Pro League

He is the captain of Penta, the two times wold champion organization, and knows his roster better than anyone. Fabian "Fabian" Hallsten is willing to write his...

Falko, le nouveau départ d'un champion
#Pro League

Il est le seul joueur à avoir remporté la Pro League avec deux structures différentes, l’un des cinq Français champions du Monde sur PC et prend aujourd’hui un...

ESIX s'associe à Lilium Hosting
#News

Aujourd'hui nous sommes fiers de vous présenter notre nouveau partenaire, Lilium Hosting qui va nous fournir un VPS pour héberger notre site. Ouvert depuis 201...

This article has not yet been translated into your language.
Dossier spécial entretiens : Les joueurs évoquent la 6Cup et le futur

Millenium a ajouté ce week-end un deuxième titre majeur à son palmarès, soulevant ainsi le trophée de 6cup, en direct de la Paris Games Week. Retrouvez sans plus tarder les réactions des joueurs, qui composent les meilleures équipes de la scène française, rassemblées dans un événement considéré comme l’un des plus aboutis qu’on ait pu voir sur R6 jusqu’ici.





Entretiens :


Requiem : WhiteShark et SkyBuu

Lucky7 : Safhiiz et Stooflex

Ares : Spoken et Voy

Supremacy : Spark

Vitality : Revan, Hansen, Risze

dizLown : Tactiss

beGenius : Tpex

Millenium : Aherys

 



Requiem : WhiteShark pour mener les siens (Crédit : R3siak)


Qu’avez-vous pensé de votre première participation en tant qu’équipe, sur cette LAN ?

WhiteShark : Personellement, j’ai trouvé le match intéressant. Malheureusement, comme la scène c’est vraiment différent de ce qu’il se passe online, beaucoup de surprises et des mauvaises surprises chez nous. Des éléments solides et d’autres un petit peu moins, qui ont peut être pris le stress. Globalement, c’était quand même un match qui nous a plu, une expérience enrichissante. On reviendra plus fort, pour la prochaine.

SkyBuu : Me concernant, j’ai déjà participé au Six Invitational, donc je suis parti au Canada, à Montréal pour lequel je m’étais qualifié avec Lucky7. J’ai donc de l’expérience et une participation à des LAN. Mais l’expérience joue énormément ouais, pour ce qui est de la gestion de la pression, ça a fait son effet, sur certains de nos coéquipiers. Après dans l’ensemble, ça c’est bien passé, mais on aurait pu faire mieux et par la suite on espère aller beaucoup plus loin, avec un peu plus de préparation, je pense qu’on pourra aller plus loin.


La Line-up que l’on a pu voir aujourd’hui sera celle qu’on pourra retrouver dans le futur, sur une autre compétition ?

WhiteShark : Le bloc de quatre oui, mais Mostafa étant mineur, ayant pu participer à celle-là, mais potentiellement pas à d’autres, on va devoir malheureusement le remplacer. Donc il passera manager et on sera alors à ce moment-là, à la recherche d’un cinquième. On espère un élément solide qui complétera notre effectif, on verra bien.


On sent qu’il y a beaucoup de personnes qui vous suivent, notamment car tu as une chaine YouTube. Comment avez-vous ressenti cet engouement ?

WhiteShark : Ça fait toujours extrêmement plaisir, et c’est ça qui justement, pousse à passer au-dessus du facteur stress. L’engouement qu’il y avait derrière, nous a donné l’envie de faire ce qu’on pouvait, d’essayer d’aller chercher la win. Moi c’est comme ça que je l’ai perçu, une poussée, on sent qu’il y a du monde derrière qui nous a emmenés peut-être plus loin que là où on se serait arrêté s’il n’y avait eu personne.

 



Lucky7 : Zill enlaçant Stooflex (Crédit : R3siak)


On aimerait avoir votre ressenti sur le match très serré contre Millenium ...

Safhiiz : Dur. On a pas mal joué. Après on a eu pas mal d’erreurs de teamplay, car on n’a pas suffisamment eu le temps de s’entrainer avec Elemzje qui venait d'arriver, comme moi, suite au départ de BriD. On a essayé de remettre des choses en place, ça n’a pas été facile, mais on a bien joué. On aurait pu faire mieux, mais il nous manquait deux semaines.

Stooflex : Au début de ce match, ils avaient clairement moyen de battre Millenium. Je pense que c’était faisable. Ce qui a primé c’est leur expérience, sur les fins de rounds, ça a fait la différence, mais je pense que niveau skill, Lucky7 a un bel avenir.


Justement comme tu le disais Safhiiz, tu es arrivé tardivement dans l’équipe, comme Elemzje. Il vous manquait certainement une préparation. Votre expérience n’aurait pas du combler ces trous ?

Safhiiz : Elemzje a ramené quelque chose qui est bien et qu’on n’avait pas, c’est à dire un lead, tout simplement. Et quand on a des joueurs comme SETzz ou Zill qui sont hyper impulsifs, ça permet de les canaliser un petit peu. Après je pense qu’avec deux semaines de plus, on aurait vraiment travaillé toutes les cartes... Du coup, on ne s’est pas dit qu’on allait les battre avec les strats, mais plutôt avec le skill.

Stooflex : C’est vrai que le temps a manqué, les deux qui sont arrivés ont apporté du changement, et après il y avait un objectif. Une fois qu’on s’est qualifié pour cette 6Cup on savait pourquoi on s’entrainait, donc l’équipe s’est redynamisée, et il a manqué au moins une semaine vraiment complète pour accrocher ces Millenium.


Pour l’instant sur la scène PC on ne vous a que très peu vu sur les gros tableaux. Est-ce que vous avez maintenant la prétention ou l’envie de partir sur une Challenger League ?

Safhiiz : Avec le départ de BriD et l’arrêt de Stoo pour son départ en Australie, ça a cassé un peu le truc. Je pense que si on ne s’était pas qualifié là, Approx n’aurait pas continué. Oui, on a envie, après comment on va le faire et avec qui on va le faire on ne sait pas encore. Aujourd’hui, c’est tôt, je pense qu’on va regarder le match et en parler. Je pense que d’ici la fin de semaine prochaine on en saura plus. On sent qu’il y a un truc, mais est-ce que ça va tenir ?


ARES : Un collectif unifié (Crédit : R3siak)


J’aimerais évoquer votre saison de Pro League, ou l’on a pu assister à une véritable progression de votre part, avant de tomber aux portes des playoffs. Comment l’expliquer ?

Spoken : On a joué notre premier match contre Millenium, ça s’est bien passé, derrière on a joué Penta, très solides, on a montré de belles choses, mais il manquait le petit truc pour aller plus loin. On n’a pas été ridicule sur le match, et on s’en est bien sorti. Après derrière...

Voy : Et après derrière, on rejoue Millenium. C’est un peu un échec d’équipe. Beaucoup d’erreurs.

Spoken : On fait beaucoup d’erreurs, sur des covers, on est par exemple allé s’empaler sur un mec comme Renshiro, qui est super solide, tout ça nous a couté le match et la Pro League.


Un petit passage sur Draz, votre coach, un nom qui m’est revenu dans l’interview de Falko, mais aussi par d’autres acteurs de la scène R6. Qu’est ce qu’il apporte réellement à votre équipe ?

Voy : En soi, moi je ne le connaissais pas, c’est Spoken qui nous l’a proposé. En arrivant, il a tout de suite mis « les points sur les i », il a fait des entretiens individuels. Ils nous a découvert et même fait apprendre des choses sur nous même en fait. Avant Draz, il y avait beaucoup de non-dits, des choses qu’on gardait pour nous et qui ne nous permettaient pas d’avancer. Son arrivée a permis de tout déballer et depuis c’est tellement mieux.

Spoken : Ça a permis de nous améliorer, de faire un bond mentalement vers le haut. Je le connaissais parce que je jouais beaucoup avec ses anciens joueurs. Je connaissais le personnage, je savais qu’il avait beaucoup d’expériences, quand on s’est mis à rechercher un coach il n’y avait que lui, qui pouvait faire quelque chose et qui dans la commu était aussi impactant.


On peut parler de l’arrivée de Falko et votre prestation sur cette 6Cup. Est-ce que ce transfert va porter ses fruits dans le futur ?

Spoken : L’arrivée de Falko a changé notre style de jeu, dans le sens où on était plus dans le passif, à appliquer une strat et avancer doucement. Là, on a carrément essayé de mettre ce jeu de côté et partir sur quelque chose de plus rapide, plus en adaptation, on a essayé de jouer sans strat, en essayant de voir ce qu’on pouvait faire.

Voy : C’est notre Lead in Game, il a une vision de jeu qu’il nous force à avoir en fait, et on se rend compte qu’il y a tellement de possibilités en plus. Avant on était bloqué sur notre bout de papier, et la c’est fluide. Je sais que dans le futur, on va faire de belles choses.


Justement, en parlant de futur je pense qu’on peut parler du Six Invitational ?

Voy : C’est le dernier événement majeur de l’année. Au final, il y aura toutes les équipes en qualifiers, Supremacy, Vitality, Millenium, nous et j’en passe... Même s’il y a une wildcard on ne sait même pas qui ce sera, donc il y aura une bataille acharnée.

Spoken : Il nous reste du temps, on va bosser, pour la préparation de la PGW c’était un peu short, Voy avait son déménagement, j’avais le mien, c’était compliqué avec des soirs où on n’a pas pu jouer, voilà...

Voy : La on est posé, on a le temps. Je pense qu’on peut faire des belles choses.


Supremacy : Spark, en pleine concentration (Crédit : R3siak)


On peut constater sans trop de difficulté qu’il existe un écart dans le niveau de jeu de Supremacy, entre la saison 2 et cette saison 3. Comment pourrais-tu expliquer cela ?

Spark : Clairement, la saison 2 c’était notre arrivée en Pro League, donc on était motivé. On avait à cœur de prouver ce qu’on valait, on a vraiment fait une bonne saison, avec un TOP4 européen aux portes de Cologne et des gros matchs. En saison 3, on a remplacé Poseidon par Elemzje. Nos ambitions étaient d’aller encore plus loin, se qualifier pour Sao Paulo, on se voyait déjà au Top de l’Europe, vraiment faire une meilleure saison que la précédente, mais ça ne s’est pas du tout passé comme on le voulait. On a eu... Je ne peux pas dire des problèmes internes, mais disons qu’il y avait un problème dans notre collectif.

Ça ne s’est pas très bien passé avec Elemzje. Humainement, ça se passait bien, mais dans le jeu peut-être qu’il ne fût pas forcément à son rôle ou pas à l’aise je ne sais pas. Au final, on a une saison un peu décevante, car on se voyait aller beaucoup plus loin. Après la seconde défaite contre snoOken Knows, on a pris la décision de se séparer d’Elemzje afin de préparer la PGW avec un autre joueur. On a pris BriD des Lucky 7, qu’on connaissait plutôt bien. C’est un bon team mate, ça s’est fait vraiment bien. Ça fait deux semaines qu’il est chez nous et ça se passe super bien.


On pourrait du coup évoquer votre style de jeu. Si par le passé celui-ci semblait fonctionner, cela ne semble plus être le cas aujourd’hui. La nouvelle meta vous porte préjudice ?

Alors clairement, la meta est un peu contre nous. Ça ralentit énormément le gameplay. Nous attaquons dans les 30, voir les 20 dernières secondes, donc forcement quand il y a encore des Lesion, des Ela et un drone d’Echo qui sont encore présents sur le bombsite, c’est beaucoup plus compliqué. Après je pense que c’est une tactique qui s’avère encore utile. On a du temps qui nous est donné, je trouve cela normal de devoir l’utiliser afin d’avoir le plus d’informations possible. Maintenant, la meta nous porte-préjudice, mais c’est à nous, de nous donner suffisamment de temps pour attaquer dans les dernières secondes. Au lieu d’attaquer dans les 20 dernières secondes, on devrait attaquer dans les 40 dernières secondes.


Vous ne pensez pas qu’aborder un style plus agressif serait mieux à l’avenir ? Surtout quand vous avez déjà montré du talent en termes de skill par le passé.

Alors plus agressif oui et non. On a toujours dans l’optique d’utiliser le plus de temps possible, tout en pouvant attaquer dans les dernières secondes. Maintenant, je pense qu’il faut qu’on soit plus agressifs sur la traque aux roamers, parce que c’est ce qui nous fait perdre le plus de temps. C’est souvent ce genre de situation qui nous coute des rounds.


Du coup un mot sur votre 6CUp ?

Pour le coup, décevante. On était venus pour la gagner. Après comme je te dis, ça fait deux semaines qu’on joue avec BriD, et je sais qu’on peut encore largement s’améliorer. Malgré ça, on a quand même fait un beau match, et je pense qu’on est tous content sur d’autres points : on a montré de belles choses, on a remontré notre mental. À nous de continuer dans ce sens.

 
Justement, qu'attendre de vous pour le futur ?

On se focus à mort pour les qualifs du Six Invitational. Il faut que l’on continue de bosser et on sera prêt pour les qualifications.


Vitality : La joie après un round inscrit (Crédit : R3siak)


Cette descente en Challenger League n’est-elle pas finalement bonne pour repartir sur des bases saines ?

Revan : oui clairement, on avait beaucoup de défauts, et repartir à zéro ça nous a beaucoup aidés, surtout qu’il y a eu du changement entre temps, et ça nous a fait vraiment du bien. Après il va falloir continuer à bosser.

Hansen : Oui, c’était important pour l’équipe je pense qu’ils étaient trop habitués a être en Pro League, et le fait de redescendre un peu ça remet les compteurs à zéro, on reprend les bases et c’est aussi un autre style de jeu qui est en Challenger League comparé a la Pro League.

Risze : Je rejoins l’avis général, ça devait se faire. On devait repasser par une recompréhension des bases, il fallait changer la méthode de travail qui était complètement nulle depuis deux saisons, et cela nous a permis de le faire.


On va parler de 6cup. Vous aviez gagné la derrière LAN en date — la Coupe de France — est-ce que ce n’est pas une déception d’avoir été éliminé en demi-finale cette fois-ci ?


Revan : Bien sûr, le but était de gagner. On ne pense pas 2e ou 3e, c’est premier quoi qu’il arrive, après sur cette compétition ça ne s’est pas fait. Quoi qu’il arrive cela ne nous impacte pas, car on a appris beaucoup de choses.

Hansen : Bien sûr on visait la première place, mais on finit troisième. C’est pas mal, il y a d’autres équipes qui étaient au-dessus de nous, ou du moins en Pro League, comme ARES ou Supremacy qui ont été éliminé dès le premier tour. On est allé plus loin dans la compétition. Pas déçu parce que les défaites permettent de corriger des choses, et surtout avant notre prochain match contre Room Factory, ce qui permet de corriger les choses avant un match décisif et très important.

Risze : Oui clairement, cet événement pour moi il a été ultra bénéfique autant pour le moral que le niveau stratégique, c’est notre première sortie avec Hansen, on avait besoin de voir comment on allait réagir dans les moments importants. Ça s’est très bien passé j’ai pris énormément de plaisir. Je pense que toute l’équipe a pris énormément de plaisir, même si évidemment en tant que compétiteur on vise toujours la première place, le fait de se retrouver troisième pour moi ce n’est pas une grande déception, c’est même plus une fierté quand on voit l’événement que c’est. Ça me permet d’être plus confiant pour la suite, ça m’a reboosté.


On peut dire que ça vous a redonné de la confiance avant votre match de montée en Pro League contre Room Factory ?

Hansen : Bien sûr, chaque match permet d’apprendre des choses. Quand il y a des rounds de perdus, c’est que quelque chose s’est mal passé, donc on gagne de l’expérience à chaque match, et c’est cool. Au final, je pense même que perdre contre Room Factory a été une bonne chose. La prochaine fois qu’on va les jouer, on ne partira pas avec le sentiment d’être supérieur aux autres, de se dire « de toute façon tous les matchs de Challenger League on les a gagnés facile, on est déjà prêt pour le stade supérieur ». Non, maintenant on prend les matchs un par un et après on verra.

Risze : Ce qui va nous servir contre Room Factory la semaine prochaine, c’est clairement d’un point de vue stratégique. On sait que Factory c’est une équipe qui joue de telle façon, on a analysé la défaite et on sait où les erreurs ont eu lieu, et les solutions à ces problèmes ont été trouvées et ont fonctionné ici à la 6Cup, en grande partie. On est confiant.


Va-t-on vous retrouver au Six Invitational ?

Risze : Évidemment, j’ai envie de te dire oui, mais c’est sur le serveur que ça se décidera. C’est toujours compliqué de se qualifier à un événement aussi énorme, parmi les meilleures équipes mondiales. Mais une chose à la fois, clairement notre objectif est de réussir cette Challenger League, remonter en Pro League et là ensuite on se penchera sérieusement sur le Six. J’espère en tout cas de tout cœur qu’on y sera.

 


dizLown : En route pour marquer les esprits (Crédit : R3siak)


Vous êtes à un véritable tournant de votre saison, voire de carrière pour la plupart des joueurs de la line-up. Comment vivez-vous cet enchainement de LAN et de barrage de Pro League ?

Tactiss : C’est vrai que ça se passe très vite, parce que la line-up est assez récente. On a débuté la saison avec le Summer Challenge, puis le départ de Poseidon et l’arrivée de Ksiix. On a préparé et pris les matchs vraiment un par un, et avec le format de Challenger, ça se passe rapidement. On est passé de presque éliminé à une finale de Challenger League. Au niveau de la 6Cup c’est vraiment énorme d’être ici.


Justement, tu peux revenir sur votre prestation au cours de cette PGW, avec cette victoire sur ARES ?

Contre ARES, le début de BO est très difficile, comme d’habitude j’ai envie de dire. On prend 5-2 sur Oregon, on a du mal à finaliser. Après, consulat on sait qu’on est bien dessus et ça nous a permis de leur rendre la pareille. Pour finir sur Border, mental ou pas mental, je ne sais pas, on a pu gagner.


Vous n’aviez pas trop de crainte avant la rencontre avec l’arrivée de Falko, qui sur le papier donnait une équipe très dangereuse ?

À l’annonce officielle bien sûr que ça fait peur, c’est un joueur qui n’a plus rien à prouver. C’est un grand joueur, très titré qui peut être monstrueux. Après on n’avait pas d’appréhension, car on savait qu’on pouvait les battre. Pour moi — niveau français — il y a un Top1 qui est beGenius, et après tout le monde peut se battre. On n’avait pas spécialement peur d’eux et on savait qu’on pouvait le faire.


Qu’est-ce qui vous coûte le match en demi contre beGenius ?

Déjà sur border on a été à la ramasse. C’est collectif de toute façon, avec pleins de petits détails qui ont fait qu’ils ont gagné et qu’on a perdu, mais il faut se concentrer pour la suite, il reste la troisième place cet après-midi.


Prochain cap : Mysterious Monkeys et la montée en Pro League ?

C’est une équipe sur laquelle on a très peu de données parce qu’en Pro League ils ont perdu deux fois, donc ils ont été directement éliminés. Ça fait deux semaines que deux nouveaux joueurs ont été annoncés officiellement. On a demandé un peu au niveau de la scène, à ceux qui les ont déjà prac. Il y en a qui disent qu’ils sont super strong, d’autres qu’ils ne sont pas en place, on ne sait vraiment pas à quoi s’attendre donc on va jouer notre jeu tout simplement. (NDLR : Entretien réalisé avant la fin de la 6Cup et donc la veille de la victoire de Mysterious Monkeys sur dizLown, 2 à 1).


beGenius : Un groupe soudé (Crédit : R3siak)


On peut commencer par l’arrivée de Krisko au sein de votre équipe pour cette 6Cup ?

Tpex : Après cet événement-là (NDLR : Ban de Shaiiko), il fallait trouver un joueur qui soit compatible avec notre style de jeu, c’est à dire agressif, et à l’époque sur le marché il n’y avait que Krisko qui était dispo et qui rentrait exactement dans nos cordes. On a fait ce choix-là, et du coup voilà. L’objectif c’était de faire la PGW et de voir après, car il y a quand même 6 mois entre maintenant et les prochaines saisons. Krisko s’est très bien intégré, il a vu que c’était vraiment son style de jeu.


Après ce qui s’est passé, quels étaient vos objectifs sur cette LAN ?

Il s’est adapté et on était ultra-déterminé. La 6Cup approchait à grands pas, et on était vraiment pressé de prouver à toute la communauté qu’on est là, qu’on reste soudé et qu’on est l’équipe la plus stable et la plus performante dernièrement au niveau des résultats. L’objectif a été atteint en atteignant la finale. C’était de prouver à tout le monde qu’on était sur scène et montrer qu’on était la première ou la deuxième meilleure équipe de France. Il fallait aussi mettre fin aux termes « Shaiiko dependance » qu’on voit partout.


Quelle suite pour votre équipe après cette seconde place ? Vous allez repartir de zéro et repasser par la Challenger League ?

Avec cette PGW on a atteint notre objectif, on compte rester ensemble c’est sur, il y a une très bonne symbiose. Krisko s’est très bien adapté, je ne veux pas me vanter, mais pour moi on a le meilleur Lead in Game sur le jeu qui est RX, qui fait un taff monumental sur toutes les maps, sur notre style de jeu et aujourd’hui on en est là en partie grâce à lui. Le Six, on y pense, il y a des qualifiers, des invitations, rien n’est perdu.

Sur un jeu comme ça, en 6 mois, il peut se passer beaucoup de choses. Il y a le Six en février, la Gamers Assembly en avril, en même temps que les qualifications pour la CL, et vu l’équipe qu’on a, on devrait repartir de base sur une Challenger League.



Millenium : Liven et Aherys montent sur scène et seront sacrés champions (Crédit : R3siak)


Tout d’abord, j’aimerais savoir si ce titre est un soulagement après votre saison quelque peu mitigée en ce qui concerne vos prestations et les résultats ?

Aherys : En fait, on s’est un peu fait laminer en Pro League. On a fini quatrième, mais quand même en grinçant des dents, parce qu’on finit avec plus de défaites que de victoires. On a eu beaucoup de debriefs, on a essayé beaucoup de fois de comprendre ce qui n’allait pas, voir même si ce n’était pas moi qui n’allait pas en tant que dernier venu. On s’est rendu compte que c’était plutôt un problème d’équipe, et après la grosse claque qu’on s’est prise contre sKnows, encore un debrief qui cette fois a porté ses fruits. En fait, on va dire que maintenant on a une voie de travail, qui marche. Avec l’équipe, on a une synergie qui a marché, on a fait des actions... Je pense que mon action préférée de la LAN, c’est ce qu’on appel le rush contrôlé, contre Lucky7 sur Oregon : une action avec un décompte de Liven : « Cinq, quatre, trois, deux, un », on est rentré en faisant 4 kills, on s’est couvert en crossfire, en courant en même temps, donc c’était magique. Donc ouais, c’est un soulagement, et je suis super content.


En parlant de ça, quelle a été la formation qui vous a le plus fait douter ?

Lucky7... C’est un mix, ils ont de très bons joueurs comme Zill, Approx ou SETzz. Ils ont deux gros joueurs qui ont rejoint leur line-up, du moins pour cet event-là qui sont Elemzje, bien connu, et Safhiiz, un peu moins connu, mais extrêmement bon. On en a beaucoup discuté même avec eux, ils avaient faim, autant que nous, et ça s’est joué à ça (signe de justesse avec les doigts), s’il y avait eu un loser bracket ou si c’était à rejouer, ça ne se repasserait peut-être pas comme ça. On est content, car on a très bien joué sur ce match-là, ce n’est pas une victoire volée, c’est une victoire où l’on a « galéré », car ils n’ont rien lâché, et ont fait des moves très intéressants.


Tu as été visé par de nombreuses critiques depuis ton arrivée chez les Millenium par rapport à ton niveau de jeu. Après cette superbe LAN d’un point de vue individuel, as-tu un message à adresser à tes détracteurs ?

R6 ce n’est pas que des kills. L’un des points qui ont fait que je me suis débloqué sur cette LAN, c’est qu’avant je restais sur site et j’attendais. Donc si la différence n’était pas faite par un Renshi ou des personnes qui sont en roaming — en first contact — au final j’étais condamné à faire des exploits qui sont quasiment impossibles. Là ce qu’on a adopté c’est d’être libres, de pouvoir faire ce qu’on veut, et au final ça nous a permis d’avoir un teamplay qui était « spontanné ». S’il y avait une menace ou un problème à traiter, on réagissait tous ensemble et rapidement, c’était beaucoup mieux.


Après avoir présenté des fragilités dans votre jeu en termes de prestations et de mental dernièrement, vous avez pu aller au bout et même battre beGenius sur un score parfait lors de la seconde map. On peut clairement parler de nouvel élan pour la suite ?

C’est carrément un nouvel élan, là on a comme objectif le Six Invitational, s’y qualifier ou obtenir une wild card — on ne sait pas — cela reste au bon vouloir d’Ubisoft, mais oui c’est un nouvel élan, de toute façon si l’on échoue on aura 6 mois pour préparer et concrétiser ce qu’on a montré sur cette 6Cup. Je pense qu’on est bon, qu’on tient le bon fil.


Nous remercions tous les joueurs et leur structure d'avoir permis ces entretiens tout au long de la 6Cup, en direct de la PGW.

Remerciement spécial à Cedou pour sa participation à l'enregistrement des entretiens, ainsi qu'à R3siak pour les photos et la réalisation des entretiens des équipes Requiem et Lucky7.

About the author
  • LusiTanoShoOter

EU specialist writer for / Especialista EU, escritor por / Spécialiste EU, rédacteur pour 

 

Partners
streamers