Le dimanche 2 décembre lors de la DreamHack Winter, les PENTA Sports se sont qualifiés au Six invitational grâce à leur victoire en demi-finale face à Spacestation Gaming. Nous avons donc interviewé Panix afin d'en savoir un peu plus sur leurs ressentis après la compétition.

 

ESIX : Êtes-vous surpris de votre performance à cette DreamHack Winter ?

Panix : Non pas particulièrement. Nous nous sommes bien préparés avec un bootcamp et les heures de boulot de ces trois derniers mois se font ressentir. 
Nous avons longtemps eu du mal à proposer un niveau de jeu constant même face à des équipes moindres (sur le papier) et des équipes étrangères, sûrement par manque d'information ou préparation. À cette DreamHack, je suis content de voir qu'on a réussi à éviter ce problème et que nous avons proposé notre meilleur jeu tout au long du tournoi.

 

ESIX : Comment avez-vous réussi à trouver les ressources pour battre Nyrikki ?

Panix : Dans notre première rencontre, le skill individuel et nos strats ont largement suffi pour les battre. Au match retour, avec la retombée d'un match "serré" face à G2, comprenant de la fatigue et de la frustration, il a fallu se poser et analyser calmement ce qu'ils nous proposaient sur Banque pour pouvoir remonter au score. Un coup de boost avec des actions individuelles de chaque joueur a permis de remettre l'équipe dans le droit chemin et de remporter le match. 

 

ESIX : L'équipe PENTA Sports a-t-elle atteint un nouveau stade à ce jour ?

Panix : Je ne pense pas. On a toujours été à ce stade, c'est en travaillant notre teamplay, notre communication et notre mental en tant qu'équipe que nous arrivons à montrer notre vrai visage. Je dirai qu'on a atteint un nouveau stade lorsque des facteurs externes tels que la fatigue, les émotions, le stress etc. ne nous empêcheront pas de proposer notre meilleur jeu. 
Au niveau du jeu, grâce au travail d'ENEMY, nous progressons encore et encore et nous travaillons constamment pour tenter de rattraper G2. On a toujours à découvrir dans ce jeu. Et il faut savoir jouer contre des styles de jeu très différents selons les équipes ; savoir les reconnaître rapidement et s'y adapter. C'est sûrement le travail qui demande le plus de temps.

 

ESIX : Jess, nouvelle analyste de PENTA Sports, a rejoint votre équipe il y a peu de temps et a été présente à la DreamHack Winter. Vous étiez pour la première fois réunis à une compétition. Quel est son apport à l'équipe ?

Panix : Elle nous permet d'avoir des informations sur les équipes qu'on ne connaît pas. On devait souvent découvrir au fur et à mesure de la game le style de jeu de l'adversaire ou des stratégies spécifiques. Grâce à Jess, on arrive en match moins surpris. Elle sait également nous pointer du doigt des choses que l'on ne voit pas en jeu. Soit ce que l'on ne fait pas ou que l'on ne pratique pas bien, soit des failles adverses ou une adaptation que l'on doit faire face à leurs stratégies. 

 

ESIX : Avez-vous un mot à adresser à vos fans ?

Panix : Nous sommes extrêmement chanceux d'avoir une communauté forte en France mais aussi en Allemagne, Hongrie et dans le reste du monde. Je tiens à vous remercier, chacun d'entre vous, qui prenez le temps de regarder nos matchs, nous supporter dans le chat ou nous écrire des messages de soutien sur les réseaux. On les lit tous et ils nous donnent une force en plus pour pouvoir mieux se battre sur les serveurs. Merci.

 

Nous souhaitons le meilleur à PENTA Sports pour la suite et pour le Six Invitational 2019 qui se tiendra à Montréal du 11 au 17 février prochain.