La sixième édition de Pro League — la plus prestigieuse compétition eSportive organisée sur Rainbow Six Siège — nous a rendu hier ses premiers résultats. Retour sur ce qu’on peut retenir de cette première partie de week-end, avant d’entamer l’ultime rush des demies et de la grande finale, qui se joueront aujourd’hui.



 

ENCE : Enfin !

C’est fait ! Après cinq LAN du circuit Pro League ESL — dont quatre PL et un Six Invitational — sans passer le premier tour, les Finlandais parviennent à remporter une rencontre. Toujours battu par les futurs finalistes sur cette seconde année de compétition (Black Dragons en saison 1 et Elevate en Saison 2), ENCE a su se montrer intransigeant et faire mordre la poussière aux Américains d’Evil Geniuses, brisant ce qui était devenu une malédiction en termes de phase offline.

Si les anciens Continuum se sont avancés avec un statut de véritable patron de la scène NA, ces derniers — bien qu’affichant un gameplay d’intense qualité — seront restés impuissants (notamment dans les longs moments de rehost) face à la détermination de Willkey et ses hommes.

A noter que si jamais ENCE et Penta remportent leur rencontre respective, contre les Brésiliens de Team Fontt et Black Dragons, nous pourrions assister à une finale de Pro League, qui ne serait pas sans rappeler celle de la toute première saison de cette compétition eSport (Y1S1). Ce fut la seule fois où les Nordiques avaient passé les quarts de finale, et cela s’était soldé par une confrontation Penta-Gifu, qui s’était conclue par le premier sacre de Penta sur Rainbow Six Siège.


Que valent les équipes APAC ?

Malgré les APAC finals — sorte de mini Pro League pour la région Océano-asiatique, dont les deux vainqueurs se qualifiaient pour la LAN de ce week-end — nous ne savions pas ce que ces deux représentants allaient proposer pour leur première participation face à des écuries d’un autre standing.

Dans le jeu, elles n’ont pas été ridicules, bien qu’affichant un manque d’expérience flagrant et donc beaucoup d’erreurs. Il faut tout de même garder une chose en tête, celles-ci comptent une année complète, à laquelle on ajoute deux saisons, de retard en termes de connaissances et de pratique à très haut niveau (incluant 5 éditions de Pro League et un Six Invitational).

Ce facteur s’est traduit par des résultats lourds, mais logiques. Les Japonais d’Eins perdent contre la Team Fontt (5-1/5-1), peu avant que Mantis, représentant coréen, s’inclinen sur les mêmes scores, face à Penta. Il s’agit donc d’une première expérience dure à encaisser pour ces équipes — ainsi que pour de nombreux acteurs de la scène Pro — qui exposent le fait d’avoir modifié l’accès à deux slots pour les phases finales, auparavant attribués aux 3es des zones Europe et NA et désormais accordée aux deux champions de l’inédite région APAC.

La question divise, mais pour obtenir une compétition réellement mondiale sur la scène eSport de Rainbow Six, cette dernière doit passer par une initiation des formations de ces régions néophytes, au plus haut niveau, et contre des équipes beaucoup plus évoluées. Il faudra donc attendre le Six Invitational, voire la première saison d’année 3, pour constater si ces équipes sont capables de mettre les bouchées doubles, progresser assez pour combler le retard affiché et réussir à rivaliser avec les mastodontes mondiaux déjà en place.


La scène LATAM meilleure que les autres d’un point de vue de la régularité ?

Cette première partie des finales de Pro League expose un point clair. Les escouades nord-américaines sont clairement à la peine sur cette année 2, soit depuis l’introduction du format de PL à huit participants et l’arrivée des écuries brésiliennes dans la course. En trois saisons et en comptant huit représentants d’équipe d’Amérique du Nord engagés dans des quarts de finale, seul Elevate a réussi à passer le premier tour.

Les deux dernières victimes de cette impressionnante mauvaise série sont donc Evil Geniuses, évincé de la compétition suite à une défaite dans une incroyable rencontre les opposant à ENCE (2-1), puis 1nfamy, qui n’a pas résisté assez suffisamment contre des Black Dragons bien trop galvanisés par l’enjeu (6-4/5-0).

De leur côté, les escadrons brésiliens dominent le stade des demi-finales d’un point de vue de l’assiduité. Sur les six semis-finales qui ont été — ou vont être jouées — le Brésil affiche un score parfait avec six formations qui les ont disputés (Black Dragons x2, Team Fontt x2, BRK, V3 Masters), l’Europe suivant juste derrière (Penta x3, gBots et ENCE). Une performance d’autant plus remarquable lorsqu’on sait que la région LATAM n'a toujours disposé que de deux places autorisées dans ces tournois, au contraire de l’Europe et de l’Amérique du Nord, qui en comptaient trois chacun.

Si la scène LATAM parait clairement au-dessus de la NA en termes de résultats généraux et très légèrement supérieurs à celle du vieux continent, persiste toutefois une étape de taille à franchir pour les Brésiliens, et celle-ci se nomme Penta. Car jusqu’à maintenant sur ce Year 2 - et me permettant de modifier une célèbre citation de Gary Lineker, lors de la Coupe du Monde de Football – pour l’adapter à cette Year de Pro League : Rainbow est un eSport qui se joue à cinq contre cinq, et à la fin c’est la structure allemande qui gagne.


L'Europe à l'assaut du Brésil pour la suite des événements

Le dernier carré de cette 6e édition de Pro League va concrètement opposer deux régions aux gameplay bien particuliers. Une vision de jeu basé davantage sur la tactique pour les Européens de Penta et ENCE, face au skill et l’importante agressivité des Brésiliens de Black Dragons et de la Team Fontt. Un avantage pour les locaux : le public de Sao Paulo qui sera peut-être le sixième homme, à appuyer les deux formations nationales, dans la quête du premier titre mondial qui reviendrait au peuple brésilien et sa communauté très développée sur R6.

Trois scénarios aussi fous les uns que les autres entrent désormais en compte. Va-t-on avoir une finale 100 % brésilienne, opposant Team Fontt et Black Dragons qui auraient réussi à éliminer ENCE et Penta en demi-finale ? Ou au contraire, une formation double championne du monde en titre qui remettrait son statut en jeu dans une ultime rencontre du week-end face à des ENCE libérés et qui auraient surmonté les épreuves Evil Geniuses et Team Fontt ? On pourrait tout aussi bien nous retrouver avec une finale où s’affronteraient une équipe d’Europe et une escouade locale, poussée par son public.


Les réponses à toutes ces questions seront données à partir de 15H45 avec @Scok @FuriouSG et @BIOs pour la seconde et dernière journée de Pro League ! Vous pourrez suivre l'ensemble de la compétition sur Twitch et Youtube !