La sixième édition de Pro League, en live de Sao Paulo, a été le théâtre d’une fabuleuse compétition acharnée entre les meilleures équipes du globe. Ce week-end a également marqué l’occasion pour Ubisoft de réaliser tout un tas d’annonces très importantes pour Rainbow Six Siège et sa scène d’eSport. Retour sur la seconde et dernière journée de LAN.




ENCE : Champion !

Du cauchemar au rêve. Voilà comment on pourrait résumer la saison des Finlandais. Mais on ne le fera pas, car ceux-ci méritent bien plus qu’une simple phrase pour exprimer le formidable parcours que Willkey et sa troupe ont affiché sur ces finales de Pro League. Ceux qui ne passaient plus les premiers tours de LAN mondiales — pour lesquelles ils s’étaient à chaque fois qualifiés (depuis la Y1S1, soit cinq tentatives), et souvent moqués pour la différence de leurs résultats entre Online et Offline — ont tout simplement fait taire la moindre critique en l’espace de deux jours.

Suite au premier duel contre Evil Geniuses (2-1), lors duquel on pouvait ressentir une soif de vaincre de la part des Finlandais, il paraissait clair que ce tournoi allait devenir le leur. Un sentiment encore plus frappant après un second match sans fausse note contre la Team Fontt (2-0), faisant abdiquer une première fois dans la journée, une équipe brésilienne et son public, impuissant. Puis est arrivée la grande finale. Kantoraketti et ses mates rentrent de pied ferme dans la partie et prennent la première map. Menés quatre rounds à rien sur la seconde carte – et devant plus de cent mille spectateurs, via les différentes plateformes de diffusion – les anciens Gifu entament une historique remountada et s’imposent (2-0) !

ENCE soulève ainsi, et contre toute attente, le premier trophée de son histoire sur Rainbow Six Siège. Le destin ne souhaitait visiblement pas qu’une équipe brésilienne débloque son compteur de titre international, sur ses terres. Non, ce dernier voulait surement prouver que la stabilité et la détermination payent toujours un jour ou l’autre, pour celui qui surpasse les difficultés. Bravo ENCE !


Après un sacre régional ci-dessus au Nordic Championship, et deux titres européens, ENCE devient champion du Monde (Crédit : Jussi Jääskeläinen)


L’Europe, fournisseur officiel de Champions

Si les Brésiliens sont les plus réguliers en présentiel sur les demi-finales de cette année 2, la zone européenne domine clairement la scène eSportive de Rainbow Six — ou du moins du circuit Pro League, en termes de titres — depuis sa création. Sur six éditions, cinq ont jusqu’ici été remportées par des nations ou un mix du vieux continent (Penta x3, Yunktis et désormais ENCE). Continuum — depuis passé sous Evil Geniuses — reste la seule équipe parvenant à arracher un titre des mains des Européens, représentant la scène nord-américaine, en Y1S3.


Black Dragons met fin à l'hégémonie de Penta

Si Penta est l’un des grands acteurs de cette domination continentale, et reste la formation la plus titrée de ce Year 2 (au moins jusqu’au Six Invitational), Fabian et les siens n’ont pu passer le test Black Dragons. Invaincus en LAN depuis le début de l’année, soit sept face à face consécutifs, les joueurs de la structure allemande ont été poussés dans leurs derniers retranchements, avant de plier.

Les Brésiliens ont dicté un rythme infernal, que les doubles champions du monde en titre n’ont su suivre. Solidité dans les duels et le teamplay empêchant de nombreuses revenges (pourtant l’une des forces de Penta) et donc souvent en supériorité numérique, agressivité intense et constante, des choix stratégiques payants comme l’utilisation d’agents tels que Kapkan, Montagne, et autres opérateurs situationnels à des moments opportuns... Black Dragons a affiché un formidable niveau de jeu sur cette demie, qui se sera plus ou moins dissipé en finale, contre ENCE.

Mais le fait d’avoir fait tomber la machine Penta, en plus de dominer la zone LATAM, aura de quoi satisfaire Julio et son groupe. Cela montre également, une fois de plus, que la scène sud-américaine est pleine de ressources et tend vers une concurrence de la scène européenne dans les saisons à venir, si ses représentants — à l’image de BD — continuent à progresser dans ce sens.





Une seconde année loin d'être terminée

Ce week-end est venu mettre fin à une saison et une année de compétitions du circuit Pro League d’ESL. Mais il faudra attendre le plus gros événement n’ayant jamais été organisé jusqu’ici pour clôturer comme il se doit cette seconde année d’existence de l’eSport sur R6 Siège : une nouvelle édition de Six Invitational.

Les annonces réalisées ce dimanche, en direct de Sao Paulo, ont créé une immense joie au sein de la communauté. Six jours de compétition (trois en phase de groupe, trois en arbre à élimination directe) du 13 au 18 février, réunissant pas moins de seize équipes, pour un cashprize de 500.000€, rien que ça !

Si Penta, ENCE, Elevate, Evil Geniuses, Black Dragons et Eins ont déjà validé leur billet pour cet événement, il ne reste pas moins de dix places encore disponibles, et qui feront batailler les meilleures formations qui n’ont pas encore eu le luxe de s’y qualifier. Ubisoft s’étant réservé la possibilité d’inviter quatre équipes de son choix — et d’organiser un vote communautaire pour donner sa chance à une équipe choisie par la plèbe — courant janvier, il devrait rester cinq slots attribués aux vainqueurs des qualifiers mis en place dans chaque région du globe.

À noter que la victoire de ENCE en Pro League, permettra à l’Europe de disposer d’une place supplémentaire pour l’occasion, soit de deux représentants de plus à Montréal.

Retrouvez l'explication du déroulement des qualifiers régionaux pour le Six Invitational.





L'annonce de la nouvelle carte et des nouveaux personnages

Comme il en est de coutume avec Ubisoft et son principal jeu eSportif, d’autres annonces importantes ont été faites durant cette LAN de Pro League, en ce qui concerne la nouvelle mise à jour. Tout d’abord, la nouvelle carte, prenant place sur trois étages d’un gratte-ciel coréen (Tour Mok Myeok, à Séoul. Une carte qui rend très bien visuellement, et qui devrait apporter de la nouveauté en termes d’insertion des assaillants.

L’annonce des nouveaux opérateurs a elle aussi été très chaleureusement accueillie. Zofia, la sœur de Ela, vient compléter le duo des agents polonais, avec un lance-grenade pouvant envoyer deux types de projectiles : à percussion et étourdissante. Une sorte de Ash 2.0 en somme. C’est donc du côté des membres coréens que vient la réelle évolution de gameplay. Vigil, le défenseur pourra se rendre totalement invisible sur la vision des drones, durant un espace de temps réduit, géré par un cooldown.

Mais c’est surtout son homologue de l’attaque qui devrait apporter du changement dans les compositions d’équipes, puisque Dokkaebi pourra actionner le téléphone portable de tous les défenseurs, les obligeant ainsi à devoir faire un choix crucial. Se rendre vulnérable le temps de rejeter l’appel (en restant appuyé sur une touche), ou laisser l’appareil vibrer assez fortement et devenir repérable par le bruit émis par celui-ci. Encore plus fort, et c’est ce qui devrait être intéressant pour la scène eSportive, la Coréenne pourra récupérer le mobile d’un défenseur qui aurait été neutralisé, par elle ou non, pour prendre le contrôle de toutes les caméras, incluant celles de Valkyrie !





Roadmap du Year 3 et futur de l'eSport sur R6

Autres informations cruciales pour l’eSport de Rainbow Six Siège : la Pro League a été annoncée comme prolongée jusqu’en 2019, soit deux années minimum, de compétition supplémentaire.

Le roadmap de Year 3 a également été dévoilé. Celui-ci débutera par l’opération Chimera et l’événement Outbreak, pour quatre semaines (Mode coopératif réunissant trois joueurs), accompagnées de l’arrivée de deux nouveaux agents, Russe et Français, qui seront rejoints plus tard dans l’année par des opérateurs de la Grande-Bretagne et des USA.

La deuxième saison marquera pour sa part l’introduction d’une nouvelle carte et de deux opérateurs italiens. La troisième quant à elle, sera conclue par un rework des maps existantes, et la fin de l’année verra apparaitre l’ouverture du jeu à un continent inédit, l’Afrique, avec une map et des agents marocains.


De telles annonces ne peuvent traduire qu’une chose : Rainbow Six Siège et sa scène eSportive se porte à merveille, et le jeu n’est pas près de mourir. Bien au contraire, il se pourrait qu’après deux années d’existence et de constantes améliorations, nous ne soyons en réalité qu’au commencement d’une longue histoire de compétition, impliquant des joueurs, des équipes, des acteurs importants et surtout de plus en plus de spectateurs à travers le Monde.