Il est notre observateur de la French League, il caste les matches des qualifiers du Major de Raleigh, mais nous l'avions aperçu pour la première fois en chair et en os lors de la Gamers Assembly 2019. Je parle évidemment de Swish ! ESIX vous propose d'en apprendre plus sur lui et ce qu'il fait pour la communauté.

 

Swish lors de la GA2019 - Kitomy

 

ESIX : Pourrais-tu d'ores et déjà te présenter ?

Swish : Bonjour ! Je m’appelle Nicolas “Swish” Bouhier et je suis caster communautaire pour ESL, entre autres choses, je suis Infographiste 3D Temps Réel à plein temps en plus du cast et ceci est mon métier depuis maintenant une décennie. J’ai l’impression d’être vieux en disant cela, mais je n’ai pas encore atteint la trentaine, puisque j’ai 29 bougies au compteur ! (rires) J’ai aussi été à mon compte pendant cette période pour composer quelques musiques de petits jeux, pubs ou applications ça et là, la musique étant une autre de mes passions.

 

ESIX : Qu'est-ce qui t'a donné envie de devenir casteur ? Et quand as-tu commencé ?

Swish : Et bien l’anecdote sera probablement intéressante pour certains, mais je jouais souvent au football quand j’étais petit dans le jardin de la maison familiale et je commentais mes propres actions en poussant la balle. 

De Thierry Roland à Jacques Monclar, en passant par Thierry Gilardi, ces grands commentateurs du sport ont bercé mon enfance de leur voix, et je me suis toujours imaginé être à leur place dans de grands moments de sport, me voilà maintenant à réaliser ce rêve dans l’esport.

J’ai commencé la préparation en Février 2018 pour commencer sur des compétitions amateurs en Avril 2018.

 

ESIX : Quel est ton meilleur souvenir pour l'instant en tant que casteur ?

Swish : Mon meilleur souvenir est incontestablement la Gamers Assembly 2019, c’est la seule LAN que j’ai eu l’occasion de commenter pour le moment, la rencontre avec la communauté, l’ambiance, la pression d’un grand évènement, ont tous contribué à ce que ce moment soit unique.

S’il y a un moment en particulier ou une action qui m’ont marqué, et bien j’en citerais personnellement 3 :

  • Mon premier cast sur la chaîne officielle avec Fio’ devant quasiment 5000 personnes pour la première journée de Challenger League Saison 8
  • La qualification des Xtreme Video Esport pour la saison 9 de cette même CL avec un clutch incroyable de Liven
  • Mais surtout un 1v2 de quelqu’un que je considère maintenant mon ami, à la GA, Voy contre les Supremacy en quart de finale alors que les Xtreme étaient menés 4 à 0

 

ESIX : Tu as une autre corde à ton arc, étant donné que tu es observateur pour la French League. Quelles sont les compétences, le savoir-faire requis pour être un bon observateur selon toi ? As-tu une préférence entre casteur et observateur ?

Swish : C’est effectivement quelque chose qui est tombé “comme un cheveu sur la soupe” lorsque l’on m’a demandé d’observer une première fois pour la Topachat Cup en Avril.

Je ne me doutais pas vraiment que cela irait aussi loin que d’observer la French League pour Ubisoft, et je me réjouis toujours de voir à quel point énormément de personnes sont ravies de mon observation. 

Je ne saurais pas dire s’il y a vraiment des connaissances requises pour ce poste, mais il faut forcément avoir une vision globale de l’action et savoir ce qu’il peut se passer à tout moment, être à l’écoute des casters lorsque l’on a la chance de les avoir en vocal en même temps. 

Je pense être un observateur assez unique, et cela ne plaira pas forcément à ceux qui veulent voir beaucoup de spectacle et des kills, étant donné que j’ai plus tendance à me focaliser sur des zones où l’action peut se situer, quitte à voir des kills en vue aérienne pour que tout le monde puisse bien comprendre l’action et la mise en place du jeu d’équipe, généralement en attaque.

Ai-je le droit à un joker pour départager caster/obs ? (rires) 

Si je devais faire un choix entre les deux, je dirais clairement que je préfère commenter, mais il faut aussi des observateurs pour accompagner les casters, pour avoir énormément commenté ET observé en même temps, on perd forcément un petit peu de concentration sur l’un des deux à un moment donné. 

Je travaille de plus en plus pour être apprécié de la communauté et montrer que chaque nouvelle tête peut avoir sa place pour commenter à plus ou moins haut niveau, car il y a de plus en plus de compétitions sur Rainbow Six, et nous devons avoir un panel intéressant de personnes pour avoir la meilleure couverture et exposition possible pour notre jeu favori.

 

ESIX : Les qualifiers du Major de Raleigh sont assez impressionnants : énormément d'équipes se sont inscrites, et il y a beaucoup d'appelés pour peu d'élus. Comment prépares-tu ces matches de ton côté ? Es-tu épaulé dans cette préparation ?

Swish : La préparation est énorme de mon côté. Sans même parler du cast en lui même, je suis un professionnel de l’image et ai un côté méticuleux qui pourrait en effrayer plus d’un ! (rires) 

Je veux dire par là que pour chaque compétition (et c’était le cas pour ces qualifications du Major de Raleigh), j’ai créé tous les assets que vous avez pu voir en direct, le fond animé, les timers, écritures, statistiques, brackets et autres scènes…

Cela représente un temps monstrueux que tout le monde ne voit pas, dont je ne parle pas forcément plus que ça, mais qui prend beaucoup de temps lorsque l’on a un emploi à temps plein à côté. 

La préparation pour le major m’a pris environ 80h en 3 semaines avant le début des qualifications. Je travaille 40h par semaine et il m’est déjà arrivé à plusieurs reprises d’arriver chez moi après le travail à 18h40 pour lancer un stream à 18h45.

Pour les matches, la préparation est assez classique, je fais un état des lieux de la forme récente des joueurs, des équipes, voir si elles ne se sont pas rencontrées dans un passé proche, lorsque l’on a la chance de savoir à l’avance quelles équipes nous allons commenter, ce qui n’est pas toujours le cas sur des qualifications au format Swiss.

Je suis épaulé mentalement par ma copine, qui me booste clairement pour que je donne le meilleur de moi-même sur ces préparations et ces compétitions, sinon, j’aime beaucoup avoir la main sur ma préparation et fais donc tout de mon côté.

 

ESIX : Est-ce que tu as des favoris dans ces qualifiers ?

Swish : J’avais annoncé avant le début de ces qualifier que je voyais bien 4 équipes aller loin : Vitality, Forze, Chaos et NaVi, sachant que Vitality et NaVi allaient très certainement se rencontrer en ¼ de finale, ce qu’il s’est passé. Les 4 équipes sont encore en course, dont 3 en demi-finale de Winner Bracket. 

Les BDS étaient attendus au tournant et ne déçoivent pas non plus et je dois avouer que je ne les attendais pas à ce niveau aussi rapidement !

Nous pourrions avoir une finale de Winner Bracket 100% Française avec un Vitality-BDS, les Forze n’ont perdu aucune map sur le qualifier, mais si je devais miser une pièce sur une équipe… Je dirais Vitality, étant donné leur état de forme actuel sur la scène, que ce soit en French League, en Pro League ou sur ces qualifications.

 

ESIX : Merci pour tes réponses Swish, on espère te revoir bientôt !

Merci à vous pour cette interview, et j’espère qu’on aura l’occasion de travailler ensemble à nouveau, comme cela avait été le cas sur la saison 4 de Cyberathlete Championship Series ! #R6ISLIFE

 

Retrouvez Swish sur son Twitter, ainsi que sur sa chaîne Twitch !