Il est le lead in game d’ENCE, une équipe aux multiples visages. Toujours qualifiés en présentiel de Pro League depuis la première édition de cette dernière — mais incapables de remporter le moindre match depuis 5 LAN - Willkey et les siens auront fort à faire lors de ces quarts de finale, en se mesurant à la redoutable escouade d’Evil Geniuses. Retour sur l’état d’esprit des Finlandais, avant cette dernière phase finale du Year 2 de PL, qui se déroulera à Sao Paulo.


(Crédit : R3siak)


Comment expliques-tu le fait que vous soyez la seule équipe à toujours avoir été en LAN de Pro League ?

Je pense que notre régularité vient du fait que l'on garde les mêmes joueurs aux mêmes rôles. Rester avec les mêmes personnes aussi longtemps que possible pour qu'il ne soit pas nécessaire de tout refaire lors d'une nouvelle saison. Pouvoir se concentrer sur les nouveaux opérateurs et la nouvelle méta. Je pense que cela nous a beaucoup aidés.


Pourtant vous n'avez pas remporté un match en offline depuis la Y1S1 ?

Oui, malheureusement. Cela date de si longtemps. Il n'y a pas de deuxième chance en phase finale, pas de loser bracket. Donc si tu es dans un jour sans, ou si quelqu'un dans ton équipe n'est pas au niveau de ses performances habituelles, c'est très dur. Une fois que tu as perdu un match, tu es éliminé.

Je ne veux pas qu'il y ait un bracket inférieur ou quoi que ce soit, mais a chaque fois nous jouions un champion ou vice champion régional au premier tour, et il n'y a pas de mauvaises équipes en LAN. Il faut juste gagner le premier match et c'est compliqué.

Je pense que l'une des raisons pour lesquelles nous sommes meilleurs en online, c'est que nous avons une bonne méta et beaucoup de temps pour nous préparer à un match, quasiment un mois, voire un mois et demi. Tout le monde a le temps de préparer énormément de choses. Peut-être que certaines équipes sont très bonnes lorsqu'il y a le temps de préparer un match et échouent lorsqu'il n'y a que peu de temps pour les préparer.


Qu'allez-vous faire de particulier cette fois ? Qu'est ce que vous allez changer ?

Je pense que nous avons trop couru après la victoire, nous n'avons pas été assez détendus. Je pense que c'est ce que nous allons faire maintenant, être détendus, essayer d'être a l'aise et d'obtenir la victoire dans un contexte plus détendu, on ne va pas forcer trop sur la volonté de victoire.

Pour moi, cela va de plus en plus nous aider, car les équipes vont peut-être commencer à nous sous-estimer. Nous avons perdu de tellement de fois. Cette série de défaites pourrait se transformer en avantage.




Cette série de défaites ne vous met-elle pas une pression supplémentaire ?

Il ne s'agit pas vraiment d'une pression, mais plus d'une frustration. Nous voulons aller en LAN, pour gagner, plus que pour voir d'autres gens. Nous connaissons déjà tout cela. On veut juste jouer, être les meilleurs, et ramener le titre.


Que répondrais-tu à vos détracteurs qui se plaignent d'un ping advantage concernant votre équipe ?

C'est une excuse qu'ils ont. Je pense que la personne la plus connue qui parle de notre ping advantage est Pengu. Mais lorsque nous sommes en prac contre Penta nous avons des pings similaires. C'est juste une excuse dont ils se servent. Il y a peut-être eu un moment l'année dernière ou nous avions cet avantage, mais depuis que la fibre a traversé la mer et est passée de la Finlande à l'Allemagne, au printemps dernier, cela n'a plus été le cas.


Vous ne vous êtes jamais ouverts a d'autres nationalités dans votre roster, pourquoi ?

Lorsque nous étions chez Gifu nous voulions une équipe finlandaise, car nous n'avions pas de roster Finlandais qui jouaient au plus haut niveau, comme il y avait sur Dota2, par exemple. Nous avions de bons joueurs, mais pas de line-up complètes jusqu'à ce que nous nous lancions avec Gifu.

Sur Overwatch il y avait une équipe, qui a joué chez NiP et évolue désormais sous le nom de Gigantti. Ils ont gagné l'Overwatch Contender, une ligue européenne. Donc avec eux, nous sommes les seules équipes finlandaises à obtenir de tels résultats.

Après nous avons été pris sous l'aile de ENCE. Leur philosophie est de rendre l'eSport finlandais meilleur, ainsi ils ne veulent que des équipes entièrement finlandaises.

Je nous forçais également d'avoir une line-up entièrement finlandais déjà à l'époque, pour que nous puissions communiquer instantanément étant donné qu'on se comprenait tous.


Donc on ne verra jamais de joueurs étrangers dans votre équipe ?

Comme je l'ai dit, c'est la volonté d'ENCE, ils ne veulent que des équipes finlandaises alors nous nous y conviendrons. Mais il ne faut jamais dire jamais, peut être dans le futur. Il se peut qu'il y ait de bons joueurs finlandais qu'on ne connait pas encore, c'est pour cela que nous gardons un oeil sur les GO4 et les open cups, pleines de jeunes talents. Mais nous continuerons avec une line-up finlandaise.




On va parler de votre quart de final face à EG, double champion du monde, qui a dominé la scène NA cette saison, vous verra-t-on au tour suivant ?

Oui, bien sûr. Nous les avons prac cette saison, nous les avons battus donc nous savons comment ils jouent. Nous sommes amis avec la plupart d'entre eux, nous jouons ensemble en ranked, que ce soit sur les serveurs EU ou NA. Nous les connaissons et ils nous connaissent, les deux équipes aiment jouer sur les mêmes cartes, les deux ont les mêmes cartes comme cartes favorites. Ce sera le meilleur qui gagnera.


Cela reste quand même un sacré morceau pour un quart de finale. N'auriez-vous pas préféré tomber sur une équipe APAC ?

Il n'y a pas d'équipes faciles en LAN. On ne connaît pas les équipes APAC, donc je pense qu'elles restent plus faciles (N. B. À battre) que le reste des équipes. À part une équipe APAC, si j'avais dû choisir une équipe à jouer, j'aurais choisi Evil Geniuses. Car au moins nous avons joué avec et contre eux, nous savons ce qu'ils aiment faire, nous avons beaucoup plus de matière sur laquelle travailler que par exemple pour les équipes brésiliennes.

Ce que je veux dire, c'est que même si l'on n'a pas gagné la loterie puisque nous n'avons pas eu une équipe APAC, nous avons eu le second meilleur choix pour nous.


Penses-tu qu'avec l'arrivée de BKN, on peut s'attendre à voir jouer EG, comme Penta ?

Ils ont toujours leur propre style. Comme PENTA, ils ont le contrôle, mais EG fonctionne plus sur des stratégies. Canadian adore faire les stratégies. Alors même s'il y a quelques similarités, les Evil Geniuses ont toujours leur propre style de jeu.

Tant que Canadian est là, ils continueront ainsi. De ce que je sais, BKN est plus un coach mental. Bien sûr, il aide pour les stratégies, mais il est plus du côté gestion du mental. Mais le rôle de BKN chez EG est différent de celui de Shas, chez PENTA.


Penses-tu qu'une équipe brésilienne est capable de gagner cette saison de Pro League, à domicile ?

Pour cela, ils devraient battre PENTA. Ils ont peut-être une chance plus élevée qu'avant, ils ont plus de possibilités de s'adapter au style de jeu de PENTA. Bien sûr, c'est possible, mais si j'avais à parier de l'argent, je le parierais plutôt sur PENTA que sur n'importe qu'elle autre équipe. C'est plutôt difficile de parier sur quelqu'un d'autre que le double champion du monde en titre.


Nous allons essayer, mais si je devais donner le nom d'une autre équipe à part la mienne, je dirais PENTA.


Je veux remercier nos fans français si nous en avons (rires) et espérons que nous allons faire le spectacle durant ces finales offline.


Nous remercions @Willkey et @ENCE d'avoir permis cet entretien.


Avec la participation d'@hyrzuka à la traduction.